un mur de centaines de briques rouges

En pleine crise, des épargnants se tournent vers la pierre

L’angoisse d’une crise financière sème la panique au niveau des épargnants. Des rumeurs de dévaluation du livre libanais circulent.

L’épargne bancaire n’est plus le meilleur moyen pour faire fructifier  ses économies ou au moins, les sauver. Pour les épargnants, la solution est d’investir sur du « rigide ».

2 types d’investisseurs : locatif et résidence principale

Il existe des épargnants qui veulent investir sur le locatif afin d’assurer un revenu périodique pour les jours sombres à venir. Il s’agit pour ceux-là d’assurer leur avenir financière, de trouver une source de revenus qui leur permettra de résister.

D’autres misent sur l’achat d’une propriété à titre de résidence principale afin d’assurer un toit décent pour eux et pour leur progéniture.

Cette ruée vers l’immobilier est encouragée par la peur d’une décote et du corsage du contrôle des capitaux non officiels.

La plupart des épargnants se dotent d’une superficie qu’ils sont sûrs de pouvoir mettre en valeur.

Ils pourront ainsi disposer d’un bien qu’ils pourront louer même si ce sera pour des clients de faibles revenus. Quoi qu’il en soit, la rentabilité est estimée entre trois et cinq pour cent par an.

Une bonne affaire pour les vendeurs

Cet engouement fait la bonne affaire des propriétaires et agents immobiliers qui ont vu leurs transactions triplées depuis le mois de novembre dernier.

Selon certains témoignages de propriétaires qui souhaitaient vendre leurs maisons ou appartements, les visites et sollicitations ont doublé, triplé, voir quadruplé ces dernières semaines.

Beaucoup d’immeubles qui avaient été annoncés depuis plusieurs mois ont été vendus ces dernières semaines.

Un agent immobilier fait la précision que la plupart de ces transactions concluantes ont été entamées depuis bien longtemps et que la nouveauté est que les gens n’hésitent plus à conclure. Au contraire, toutes celles qui étaient en léthargie sont devenues dynamiques.

D’autres, disposant d’immeubles locatifs se voient proposé, par les clients, des contrats de bail de longue durée, pouvant aller jusqu’à plus d’un an.

Les promoteurs immobiliers y trouvent également leurs comptes du fait que même les appartements qui étaient jugés inadaptés par les clients sont devenus de plus en plus attractifs.

Ce qui importe pour les usagers en panique, c’est de trouver un bien immobilier selon son budget.

De plus, certains promoteurs se prêtent au jeu en rabaissant les prix de leurs biens immobiliers ce qui fait d’avantage explosé les ventes. Pour certains, les chiffres d’affaires de ces dernières semaines sont supérieures à ceux des deux dernières années totalisées.